Trois réflexions sur le soulèvement révolutionnaire iranien

Trois réflexions sur le soulèvement révolutionnaire du peuple iranien :
Erreurs, noms, images

1.

Le mouvement de libération du peuple iranien et la transformation historique et politique subséquente de ce pays sont entrés dans une nouvelle phase. Le peuple iranien a montré non seulement au Moyen-Orient et dans les pays musulmans, mais peut-être même dans tout le tiers monde, qu’il est entré dans l'arène de l'histoire et de la politique plus tôt et plus que les autres peuples pour se libérer de la domination, et en ce sens, l'Iran peut être appelé la France du Moyen-Orient. De la révolution du constitutionnalisme anti-autoritaire dans les premières années du XXe siècle au mouvement de nationalisation du pétrole comme premier défi contre le pillage impérialiste des ressources et des richesses des pays pauvres à la révolution de 1979 contre la tyrannie royale et après ces quarante années de lutte et de soulèvement contre la tyrannie religieuse et la perte des fruits de la révolution. Pour de nombreuses raisons, ce texte n'est pas le lieu de fournir une analyse complète de la situation et, plus important encore, de traiter des différentes stratégies ou tactiques de lutte. Cependant, il est nécessaire de dresser un tableau de la situation, même s'il est compressé.
Des deux préalables classiques à l'existence des conditions révolutionnaires, c'est-à-dire l'incapacité des gouvernants à continuer à gouverner et le refus de la majorité de la société d'être gouvernée, seul ce dernier a été plus ou moins pleinement réalisé. Le résultat immédiat en est la poursuite du conflit et sa poursuite dans les domaines temporel et spatial, car ni le pouvoir du peuple n'a été développé au point qu'une éradication fondamentale est possible, ni les dirigeants n'ont été capables de surmonter l'ouverture de la situation et mettre un terme au soulèvement populaire, comme par le passé. Et bien sûr, ce dernier point est très important car il témoigne de la poursuite du mouvement, qui, compte tenu de toutes les impasses structurelles auxquelles est confronté le système, devrait être appelé le début de la fin. Un autre point stratégique qu'il convient d'ajouter à ce tableau est le fait qu'en plus de cette érosion et de la prolongation du processus de résistance et de lutte, le tournant décisif ou le tournant qu'il convient de refermer avec espoir n'est autre que l'apparition d'une fissure ou d’une fissure dans le front opposé ou le « premier signe de retraite » et la création d'un espace ouvert pour la réalisation de nouvelles formes de lutte plus organisées et plus larges.
Cependant, le simple fait de méditer sur le concept de politique libératrice et populaire et de clarifier ses principales déterminations, ainsi que de se référer aux mouvements et luttes antérieurs et à leurs réalisations, peut être une autre façon de clarifier les complexités et les diverses dimensions de la situation actuelle. En fait, tout mouvement qui peut gagner et mérite de gagner crée non seulement sa propre théorie, stratégie et tactique, mais plus important encore, son sujet collectif ou son peuple ainsi que diverses formes de leadership et d'organisation. La politique, en tant qu'événement qui permet d'accéder à l'avenir et de le changer, ravive et rachète même le passé et les luttes précédentes qui ont échoué. Il suffit de voir comment au cours des dernières semaines, le scepticisme et l'aversion de nombreuses personnes, en particulier les jeunes, envers le concept de révolution et la réalité historique de la révolution de 79 ont cédé la place à la fascination et à la défense de la révolution. L'avènement de la politique comme pure possibilité de changer tout et tout le monde, permet de dépasser toutes les frontières, les préjugés et les identitarismes et l'émergence instantanément de la vérité et de la justice en général.
Comme cela a déjà été dit à Thesis11.com(*), la question des femmes et l'assujettissement de la moitié de la population à la tyrannie religieuse sous la forme du hijab obligatoire a joué un rôle clé dans le blocage du côté libérateur de la révolution et de la construction d'un gouvernement autoritaire centralisé, et à ce point le talon d'Achille de cette situation de l'assujettissement soudain et fatal des femmes a ouvert la voie à l'imposition de la domination sur l'ensemble de la société. Mais l'essentiel ici est le rôle structurant de la question des femmes, et non l'identité féminine des sujets militants. Appliquer le titre de révolution féministe à ce mouvement fait de l'identité féminine l'essence prédéterminée du changement historique, alors que c'est cet événement politique avec ses hauts et ses bas qui crée soudain une sorte de connexion entre la structure abstraite de la situation et les événements survenus sur le sol de la rue. C'est ainsi que l'assassinat de Jina/Mahsa Amini a créé une nouvelle phase du mouvement populaire qu'aucun de nous ne pouvait même imaginer, dont l'aspect le plus important est son universalité. C'est grâce à cette nouvelle phase que beaucoup de préjugés ethniques et religieux et de scepticisme (qui sont alimentés par les ruses idéologiques des gouvernants) et de sectarisme et de myopie ont été écartés d'un seul coup.
Ce caractère général et universel de la vérité de la politique populaire du rôle clé et structurel de la question des femmes a permis soudainement de relier des dizaines d'autres questions et structures abstraites, de la double oppression des minorités ethniques et religieuses aux formes les plus dures d'exploitation de classe des travailleurs et des classes moyennes. Et la colère et le désespoir causés par tous ces problèmes non résolus du système de domination et d'oppression devraient se répandre sous la forme d'un mouvement national. Le meilleur exemple du pouvoir transformateur de cet événement politique peut être vu dans la manifestation de 100 000 personnes à Berlin, où après des décennies de suspicion, de pessimisme et de désespoir et noyés dans toutes sortes d'humiliations psychologiques personnelles et d'isolement individuel et sectaire, les Iraniens se sont réunis malgré toutes les différences et les frontières. Les médias et les européens dépolitisés ont également été surpris. Mais le point peut-être le plus important de cet exemple du généralisme de la politique était la révélation de l'insignifiance et de la non-pertinence et du caractère secondaire et de la partialité des noms bruyants dans le domaine des réseaux virtuels. Il n'y avait aucune nouvelle du prince et de son grand-père, ni des Moudjahidines du peuple, des réformistes et des partis étrangers préfabriqués. Le rôle accidentel d'un certain militant civil et de l'Association des Familles de l'Aviation Ukrainienne prouve bien que nous étions confrontés à une certaine situation potentielle et à un vide politique que tout autre facteur et sujet pourrait combler. Et c'est le point qui nous amène à l'un des thèmes de cet article, à savoir l'article d'Omid Mehrgan sur la découverte des conspirations cachées derrière ce rassemblement.
Il est étrange que Mehrgan, en tant que personne dont la vie et l'expérience ont été mêlées à la pensée et à l'action politiques radicales, avec un geste pseudo-journalistique et en tant qu'expert de l'industrie du lobbying, au milieu de cette campagne, fasse une recherche sur Internet pour découvrir le complot d'un individu nommé Esmaeilion, qui revendique lui-même n’avoir pas de rôle ou de position politique ; et il le fait – comme l'a montré Ali Karbalai – avec des erreurs et des maladresses ou peut-être même avec malveillance. Sans aucun doute, il aurait mieux valu qu’il consacre son temps et son énergie à confronter les absurdités de ce londonien autoproclamé qui, bien qu'étant complètement immergé à Kasselisi, n'a pas encore trouvé le courage de voyager en Iran, à fortiori de séjourner et de vivre ici. Le même paria et paria qui, selon son passif, peut être qualifié de psychopathe-sadique-antiféministe, à présent « chercheur en philosophie » (également sans doctorat) qui explique la politique internationale à tout un chacun lors d'une conversation à Iran TV2, à qui il souhaite de trouver une place méritée à la table des dirigeants comme Basij imberbe pour ses services. Malgré ses gestes pessimistes et intellectuels envers le monde existant, lui-même entérine le fait évident que, ironiquement, la plupart des guerres et des défis de ce monde sont le résultat de la lutte contre le mal par le mal, non pas du bien par le mal. Et à notre époque, justifier les maux d'un pouvoir en place en se référant aux crimes d'un autre pouvoir est non seulement immoral mais aussi stupide. Cet « Antiaméricaniste à double tranchant », mise à part de plaisanter sur le meurtre d'un certain jeune homme noir dans un certain poste de police à Londres, fait justement référence à l'ingérence et à l'agression militaire et à l'occupation américaine et occidentale en Asie et en Afrique, etc. Mais par ignorance, et peut-être sciemment, il occulte deux vérités importantes. Tout d'abord, les agressions et interventions militaires occidentales au Moyen-Orient, indépendamment des centaines de milliers de morts et des millions de sans-abris et de la destruction de toute l'infrastructure de pays comme la Syrie, ont également eu un avantage fondamental, ironiquement de faire la part belle au gouvernement iranien partout. L'invasion du Liban par Israël a finalement conduit à l'émergence du Hezbollah au Liban, l'invasion des États-Unis, des Émirats arabes unis et de l'Arabie saoudite au Yémen a créé et renforcé le mouvement Houthi, et bien sûr, le résultat de l'attaque américaine contre l'Irak et de l'ingérence occidentale en Syrie a été l'affermissement de l'influence du gouvernement iranien. En d'autres termes, l'ingérence occidentale dans la chute du gouvernement et la déstabilisation de la société a permis aux minorités chiites de tous les pays de devenir des forces par procuration de l'Iran, et donc personne n'a plus profité de ces catastrophes et crimes « impérialistes » que la République islamique. Le deuxième point, qui est plus important, est que la vie et l'action politique du gouvernement iranien en tant que gouvernement isolé ont en fait été un élément important dans la formation de la situation du pouvoir, c'est-à-dire, du même islam politique qui a remplacé le communisme après l'effondrement scandaleux du camp soviétique et la fin de la guerre froide. La position est devenue celle de l'ennemi principal. À titre d'exception à la situation, l'Iran a rendu possible et approuvé la principale règle régissant la situation, à savoir la « guerre contre le terrorisme ». Le système de la République islamique, parallèlement aux barbaries d'Al-Qaïda et d'ISIS en Occident, a été l'un des principaux facteurs qui ont permis à l'Amérique, à la fin de la guerre froide et au début de l'ère Thatcher-Reagan du néolibéralisme --- c'est-à-dire dans une situation où la réalisation d'un choc économique nécessite la mise en évidence de questions culturelles telles que la question des immigrés, de la sécurité et de la terreur --- de perpétrer et garantir son hégémonie et sa domination pendant plus de quatre décennies. L'hégémonie totale de la « guerre contre le terrorisme », qui est la base principale de toutes les interventions et catastrophes du capitalisme global et de l'empire américain, est évidente quand on voit que même les ennemis et rivaux de l'Occident, comme la Russie et la Chine, ont eu recours pour tuer les Tchétchènes et les Ouïghours exactement à la même « guerre contre le terrorisme ». Le renforcement du régime raciste d'Israël et l'augmentation de sa puissance de manœuvre au niveau mondial, ainsi que la tendance croissante du peuple israélien vers l'extrême droite, ont été une autre réalisation de la République islamique. En fait, il est facile de voir que dans cette confrontation du mal avec le mal, ou du Grand Satan avec l'Axe du mal, les principales victimes sont les malheureux habitants des pays du Moyen-Orient. Et bien qu'elle se fonde sur cette règle politique universelle selon laquelle, dans tout conflit, la responsabilité ultime incombe à ceux qui dirigent le principe du jeu et ont le pouvoir de le changer – soit, dans les exemples ci-dessus, les États-Unis et Israël –, elle ne profite en rien aux deux parties du conflit. Elle n'exclut pas le maintien du statu quo.
Il faut dire que l'intention de cette digression relativement longue n'était pas et n'est pas de créer une sorte de comparaison implicite. Un simple coup d'œil sur le passé de Mehrgan en matière d'action et de pensée politiques suffit à rendre une telle comparaison invalide et dénuée de sens. Cependant, non seulement l'article cité, mais tous ses écrits et entretiens au cours des une ou deux dernières années sont la preuve de sa proximité avec une interprétation du marxisme appelée « l'Axe de la Résistance de Gauche » en Iran. La critique théorique de ce courant et de son apparent anti-américanisme et parfois sensualisme nécessite également un autre lieu. La base d'une telle critique, si elle est jamais offerte, est constituée par les deux catégories principales d'« intégration » et d'« isolement », qui vont certainement au-delà des références géopolitiques susmentionnées. Ici, au lieu d'une telle critique, nous nous limiterons à proposer quelques points concernant la catégorie du sujet et les racines psychologiques de la tendance à de telles interprétations. Dans toutes les traditions intellectuelles qui soutiennent la catégorie du sujet – de la tradition de pensée de Hegel, Marx, à la théorie critique et la psychanalyse freudo-lacanienne – l'élément principal de la formation et de la continuation de la vie du sujet individuel et collectif, tous deux, n'est rien d'autre que le concept de négatif ou ses divers synonymes tels que le manque, l’inconscience, la contradiction, la discontinuité, etc. Hegel considère à juste titre que le traitement du négatif et l'intériorisation de la négation et de la contradiction sont une condition d'existence de l'esprit ou de la pensée. En ce qui concerne le sujet individuel et collectif de la politique émancipatrice, cette vie à côté du négatif peut s'exprimer sur la base de l'abandon à la répétition destructrice de la « pulsion de mort », ou dans le langage plus simple de l'expérience psychologique de la personne humaine, elle peut s'exprimer à partir du fait de ne pas céder au choix de la régression et de la suppression et de faire face à des expériences telles que l'échec, la solitude, toutes sortes de pressions financières et juridiques, l'atomisation, etc. Même en ce qui concerne les sujets de ce récent soulèvement, on peut et on doit insister sur ce « vécu du négatif » et critiquer l'euphorie enfantine, l'acceptation pleine et entière d'Internet et du consumérisme numérique, le fait de se limiter à des horizons locaux et de ne pas tenir compte des luttes des autres. C'est-à-dire toutes ces choses qui alimentent l'idée puérile que la question n'est pas une lutte mondiale et pluriséculaire pour vaincre le capitalisme et le système de domination gouvernementale, mais de se débarrasser de la tyrannie religieuse en Iran et rejoindre le paradis d'un monde libre et prospère. Mais se noyer dans l'atmosphère locale, qui, ironiquement, a été le cas du récent soulèvement brisant l'isolement médiatique de l'Iran et mondialisant sa lutte négative, est un danger qui guette tous les sujets. Pour résumer, il semble que l'évitement du négatif et l'incapacité à maintenir la négation et les expériences négatives dans l'espace de la subjectivité est l'une des principales raisons de la tendance des étrangers à des idéologies telles que « l'Axe de la Résistance de Gauche ». Le fait d’être coincé dans le dilemme des contradictions et des discriminations réelles et puissantes des sociétés européenne et américaine et l'incapacité d'étendre la négation à tous les aspects de la réalité, et d’éviter la logique du moindre mal même au prix du pessimisme et de l'amertume, y compris diverses manifestations de fuite de la négativité et de recherche de refuge dans l'espace rassurant des groupes et des rassemblements. Considérant l'insistance constante de Mehrgan sur la poursuite de la dialectique négative dans l'action et l'opinion, on espère qu'il ne sacrifiera pas sa subjectivité et son histoire douloureuse de victime de l'identité positive de l'expert en exil.

2.

À présent, après environ deux mois du mouvement national du « peuple », on peut dire avec certitude que ce mouvement a amorcé un changement fondamental dans notre situation sociale et politique et qu'il a dépassé de loin la portée de l'action spontanée d'une masse excitée et émotive, c'est-à-dire des réactions des masses qui ne sont capables que de crier leur colère, leur tristesse et leur mécontentement. Les grands changements proviennent généralement du cœur des crises, des deuils, des désespoirs et des grands risques. En fait, nous sommes aujourd'hui face à un sujet populaire à part entière. Un sujet qui est entré sur la scène de l'histoire de l'Iran depuis la fin du mois de septembre 2022 et qui a annoncé son existence a complètement changé la scène du jeu auparavant de son apparition. Désormais, tout changement sera compris en se référant à ce changement fondamental. Chaque fois que nous passons en revue les événements récents, il n'est pas mauvais de garder toujours en tête ce point : cette évolution est issue du cœur d'un blocage et d'une crise jusqu'à bout de souffle, une évolution dont la moindre des réussites est de créer une sorte d'ouverture de la situation et des identités qui y sont impliquées et de la transformer en crise, allant de l’étouffement jusqu’à une crise organique et dynamique. L'effet de cette ouverture est la création de nouveaux liens sociaux qui ont profondément besoin de soin. Jusqu'à il y a trois mois à peine, nous vivions tous dans la situation historique la plus poussiéreuse et la plus désespérée de l'Iran contemporain. Il suffisait, par exemple, de faire un tour dans le club-house. L'atmosphère était dépeinte de manière si noire et apocalyptique que, pendant des mois, de nombreux soi-disant « observateurs » et « analystes » ont pressenti un « effondrement social » et ont envisagé l'évolution possible de la situation en fonction de nombreux facteurs économiques et historiques sur la scène mondiale et régionale. Le point commun de toutes les analyses était l'élimination du « peuple » de toutes les équations internes et externes. Si le nom du peuple était mentionné, il s'agissait d'une entité imaginaire qui n'était comprise qu'en se référant à son comportement dans un lointain passé historique. L'émergence d'une « volonté collective » au cœur de cette ruine historique était considérée comme impossible. En fait, la majorité des intellectuels, analystes et experts attribuaient leur aliénation et leur neutralité au facteur abstrait du « peuple ». Le peuple, dans ce qu'il a de meilleur et de plus empathique, était présenté comme une entité abstraite qui s'assoit, observe, accepte et intériorise progressivement et très tranquillement la conscience sociale des élites et des intellectuels, puis mesure la situation et fait un choix, et peut-être, si l'occasion lui en est donnée, agit. Parfois, le chemin pour atteindre cette conscience objectivée était dépeint comme si inégal et rocailleux que les gens devaient prendre garde à ne pas devenir les outils des grandes puissances dominantes et de l'empire médiatique.
Mais la véritable action populaire est surprenante et unificatrice. C'est une action qui découle d'une volonté collective et irreprésentable qui rend infondés tous les conflits politiques, les peurs et les illusions de conspiration. L'égalité et l'unité que les gens créent au départ est une unité vivante et extrêmement dynamique, donc pleine de hauts et de bas. De nombreux obstacles se dressent devant elle. Nécessairement, maintenir cette égalité et l'approfondir et l'élargir requiert de la créativité et des initiatives, la stabilité des étapes et des interactions, et beaucoup de solidarité d'identités hétérogènes. La solidarité et l'unité des personnes, contrairement à tout type d'unité dans des situations normales, n'est pas une unité purement imaginaire. Normalement, les gens sont essentiellement des non-sujets. Dans ce cas, le sujet n'est qu'un nom pour un ensemble d'éléments et de déterminations imaginaires et symboliques séparés et hétérogènes. En fait, il n'y a pas de « un » avant l'action populaire. Fondamentalement, il n'y a pas de « un ». Tout n'est qu'une pluralité dispersée et incohérente. Ce qui rend l'expression de « peuple » surprenante, c'est la création d'une sorte de connexion entre une unité imaginaire et la pluralité des identités partielles, par laquelle le « lien impossible » entre elles se réalise sur place et l'« impossible » devient réalité. C'est la source principale de l'étrange créativité qui émerge soudainement d'un blocage historique et crée de nouvelles valeurs. Des personnes « uniques » sont créées. Les « gens » ne sont pas une masse au comportement grégaire. Les « gens » sont l'unification d'éléments et de composants hétérogènes et de diverses personnes qui se considèrent activement comme « un » et deviennent un. Participer à ce processus dynamique et subjectif de dénombrement, sous quelque forme que ce soit, exige de briser et de transcender les identités partielles rigides qui étaient auparavant considérées comme immuables. C'est ainsi que les éléments préexistants que sont les atomes sociaux et les liens vivants entre eux ont été pratiquement coupés, tous alignés et reliés entre eux. Ces nouveaux liens exigent un haut degré de confiance et une force mentale sérieuse et passionnée, ouverte sur l'avenir.
Il suffit de regarder les lieux symbolisés du mouvement Jina/Mahsa : les quartiers (d'en haut et d'en bas, la périphérie et le centre de la ville), les villes, les restaurants, les tombes, les écoles, les universités, les places, etc., où, selon la logique et les distinctions de classe, chacun devrait naturellement jouer son propre rôle et faire valoir ses intérêts. Ce sont tous des lieux qui, spécialement dès leur construction, ont été victimes des exigences du capitalisme rentier féroce du tiers monde. La vie collective et la vie solidaire ont été détruites et brisées et ont laissé place à l'atomisation et à des déconnexions extensives. Ainsi, les citoyens et les habitants, les concitoyens et les voisins sont devenus solitaires, narcissiques, consuméristes et craintifs de l'avenir. De la même manière, des positions sociales apparemment sans rapports ont acquis un rôle intellectuel en raison de la crise organique et ont rendu le concept d'intellectuel d'avant-garde (vanguard) non pertinent : avocat·e, médecin·e, enseignant·e, ouvrier·e, étudiant·e, journaliste, photographe, athlète, chanteur·se, etc. tou·te·s peuvent potentiellement être un·e intellectuel·le à part entière et remettre en question la position préexistante du « sujet qui sait probablement ».

3.

L'automne 2022 est un album ouvert d'images de personnes qui sont (encore) en chemin, de personnes qui sont (toujours) en chemin. L'automne 2022 est un album ouvert d'images qui sont sorties des archives interdites de la révolution de 1979 et qui relient actuellement l'Iran à un avenir dont les signes s'échappent d'un lieu à l'autre. L'automne de 2022 est un album ouvert d'images qui ne durent peut-être pas plus de quelques minutes, mais dont la puissance est sans fin. L'automne 2022 est l'album ouvert des « moments » de l'intersection entre l'éternité de l'idée de libération et le temps linéaire du calendrier des conquérants de l'histoire. Les hommes et les femmes qui pratiquent l'égalité dans ces moments, pratiquent le fait d'être ensemble et de vivre ensemble, de danser côte à côte et de combattre côte à côte, les filles et les garçons qui dans ces moments transforment leurs demandes les plus simples en matière première de batailles politiques, les atomes étrangers qui deviennent des personnes dans ces moments, apportent aux yeux du monde des parts (limitées) de l'avenir (idéal) mais qui ne font pas partie du continuum passé-présent : ces parts appartiennent à ce « lieu » mais n'appartiennent pas au « maintenant » : ces parts appartiennent à l'avenir libéré.
Ceux qui s'inquiètent des « lendemains » de la victoire, ceux qui s'inquiètent de la division de l'Iran et de l'effondrement de la société actuelle, ceux qui s'inquiètent que le pays tombe entre les mains d'incompétents après la victoire, ceux qui s'inquiètent que le contrôle des affaires tombe entre les mains des sbires du capitalisme mondial et du système néolibéral enragé (quand tout le monde sait que l'Iran est à présent intégré dans le marché mondial, dans l'isolement), ceux qui s'inquiètent que le « peuple » qui accorde la machine de l'égalité à chaque instant et à chaque heure ne soit pas les mêmes sujets révolutionnaires que dans leurs fantasmes théorico-politiques – il a été établi, une fois, que tous ceux qui s'inquiètent de « demain » n'ont pas les yeux pour voir les signes de l'avenir ici et maintenant, ne savent pas que les coordonnées temporelles de la libération du genre de l'avenir sont complètes : le jeune baloutche sunnite qui n'avait pas de papiers d'identité et pouvait facilement être identifié comme n'importe qui a été arrêté et accusé et attaché à un mât de drapeau et humilié toute une nuit jusqu'au matin n'avait pas d'autre nom que « paria » – de nos jours, la plupart des gens n'ont pas de nom : « paria » est le nom de tou·te·s celles et ceux qui n'ont pas de nom, le nom de tou·te·s celles et ceux qui comptent pour rien. Ils ne peuvent pas, et en toute situation il est (et devrait être) possible pour les personnes qui n'ont pas de nom, pour les personnes en chemin de trouver un ou plusieurs nouveaux noms. Et pourquoi pas l'un de ces noms ne serait-il pas « Khodanour », un jeune homme oisif qui n'appartient ni à la nation créée par les orateurs imaginaires du discours autoritaire religieux, ni à la nation créée par le gouvernement qui vit de la combinaison d'institutions pseudo-démocratiques, de rentes pétrolières et de mensonges géopolitiques. Le jeune homme sans nom avait une existence « virtuelle », mais lorsqu'il a posé le pied sur le sol de la réalité, est mort et alors a trouvé un nom, est devenu un nom. Il y a deux images : la statue d'un homme opprimé sans visage et menotté et le corps agile et dansant d'un homme impatient qui ne peut être lié. « Khodanour » est le nom de la connexion d'une image de l'oppression passée et de la libération future dans un moment qui brille comme un éclair et disparaît soudainement. Il devient éternel. Et pourquoi pas l’un de ces noms ne serait-il pas « Jina », l'inconnue qui, quarante jours après sa mort, transforme une ville de moins de 230 000 habitants en un lieu d'expression d'un peuple composé d'hommes et de femmes sans noms. Une jeune femme nommée « Mahsa » meurt, sans crime, innocente, et fait soudain du Kurdistan ce qu'il aurait toujours dû être. Des hommes et des femmes font un long chemin à pied pour se recueillir sur la tombe d'une jeune femme qui, aux yeux de ceux qui sont au pouvoir, n'était rien, moins que rien, et dont la mort est un incident mineur qui n'a aucun poids devant les bruyants événements officiels : Khodanour et Jina sont deux noms du « peuple ». Et, pour tou·te·s celles et ceux qui sont présent·e·s dans le « monde » de l'Iran de 2022 mais n'ont pas de place dans le monde des décisions sur son avenir, les noms de tou·te·s celles et ceux qui « sont » dans notre monde mais n'ont pas d'existence ou de vie, le véritable changement se produit lorsque l'un de ces éléments sans nom devient le nom le plus fort : il se lève.
À l'automne 2022, tou·te·s celles et ceux dont les noms, les souvenirs et les photographies ont été retirés des archives de la République islamique ont été convoqué·e·s en même temps. Ce sont des images qui font signe vers l'avenir libéré : une jeune femme qui enlève le hijab avec ses coéquipières lors de la cérémonie d’un championnat et que sa coéquipière essaie de ramener à l'ordre existant, à la « routine normale », à la routine que quiconque veut respirer l'air de la liberté appelle « mort », secoue avec insistance sa tête et montre ses cheveux découverts aux observateurs et fait le signe de la victoire avec sa main gauche et quitte pour toujours le cadre de représentation de l'ordre existant. Partout dans les rues, les universités et les écoles, ils et elles lèvent la main et font le signe de victoire, la fille kurde de Saqqez, devant la caméra sur le toit d'une voiture et face au flot d'une foule qui coule vers la tombe d'une jeune femme dont le nom est devenu le nom de code du « peuple » lève le poing en signe de poursuite de la bataille. Les étudiantes « Sharifis » dos à la caméra crient à l'unisson « Pourquoi partir ? Restons et reprenons tout ». Les étudiant·e·s dont la caméra ne nous montre que les pieds frappant le sol et scandant qu'aucune lame ne les fera taire, toutes les filles et les garçons et les femmes et les hommes dont les visages sont couverts ou dont les yeux ne sont pas visibles sont façonnés par la fusion de leur « absence de visage ». Tout prouve que rien n'a fondamentalement changé, la main du Tahidistan s'est vidée au lieu d'être plus pleine, l'atmosphère de l'université est devenue plus fermée encore, les gens qui n'étaient pas armés restent plus encore sans défense, mais quelque chose s'est passé : de nouveaux noms sont apparus sur les langues, ils ont été gravés sur la porte et le mur, des noms inconfiscables qui appartiennent au « peuple ». Quelque chose s'est passé : l'impuissance du peuple s'est transformée en une puissance incontrôlable. Dieu est sorti du ciel et de l'intérieur des livres poussiéreux et a posé le pied sur la terre. Tout l'attirail des spectacles élimés des processions d'Arbaïn, des défilés et des slogans vides de sens de ceux dont la vie est vouée à la malédiction d'ennemis qui n'existeraient pas s'ils n'étaient pas là, a été réuni. L'automne 2022 est un album ouvert d'images des efforts continus d'hommes et de femmes qui créent de nouvelles formes d'égalité et d'organisation à chacun de leurs cris, à chacun de leurs pas, à chaque regard furieux et sarcastique lancés aux gardes, aux Basijis et aux uniformes personnels : la chute de 2022. Ce sont des gens qui n'ont pas besoin de chefs car ils et elles ont trouvé des noms inspirés des « non » et des « personne » qui détermineront le cours de l'histoire, qui ont déjà changé le cours de l'histoire.

(*) Sur le site http://thesis11.com, صالح نجفی , رقص قوای زندگی در برابر سپاه مرگ  (Saleh Najafi, « La danse des forces de la vie contre les forces de la mort »), octobre 2022.

مراد فرهادپور، جواد گنجی، صالح نجفی , سه نگاه به خیزش انقلابی مردم ایران: خطاها، نام‌ها، تصویرها (Morad Farhadpour, Javad Ganji, Saleh Najafi, « Trois réflexions sur le soulèvement révolutionnaire du peuple iranien : Erreurs, noms, images »), Thesis11.com, novembre 2022.