Rojava, un phénomène exceptionnel

Mansur Tayfuri, Kaveh Goreshi : La résistance du Rojava repose sur l'idée du confédéralisme démocratique qui va à l'encontre du concept classique d'État-nation. Pensez-vous que cette idée pourrait devenir une alternative globale à la construction d’États-nations ?

Michael Löwy : Écoutez, je ne suis pas sûr que ce soit une recette générale pour chaque pays et chaque lieu. Ce n'est pas une solution universelle. Mais c’est une tentative intéressante pour aller au-delà de l’État-nation, et je pense que cela est particulièrement pertinent pour les régions du monde - et il en existe beaucoup d’entre elles - dans lesquelles plusieurs nations vivent ensemble. Et cela se passe au Moyen-Orient, en Asie, en Amérique latine et même en Europe. Dans le passé, il y avait des empires multinationaux. Dans l'empire austro-hongrois, par exemple, il y avait les Allemands, les Austro-Allemands, les Hongrois, les Tchèques, les Juifs, les Polonais, les Roumains, les Serbes... Et ils ont duré un siècle, mais bien sûr était une nation dominante, qui était l'allemand, la nation avec le Kaiser (empereur). Ainsi, la situation n'était vraiment pas démocratique. Mais on pourrait imaginer une telle confédération, d’Europe centrale, sur une base démocratique, à caractère multinational. Cela pourrait donc être une alternative intéressante. Et, l’Angleterre par exemple, a fusionné pour devenir la nation anglaise, la nation galloise, la nation écossaise, la nation irlandaise… Toutes sortes de nations, sans parler des migrants, des minorités, des pakistanais, etc. Ainsi, au lieu de la tradition de l'État-nation impérialiste du Royaume-Uni, nous pourrions imaginer une république fédérative démocratique. Même chose en Espagne. Donc, je pense qu'il y a beaucoup de pays, en Europe également, qui pourraient suivre le Rojava ou être inspirés par le Rojava. Cependant, c'est une expérience qu'ils ne peuvent pas (aveuglément) imiter. Je pense que c'est une expérience unique qui ne ressemble à aucun phénomène antérieur. C'est une expérience exceptionnelle. Dans le même temps, la situation est extrêmement fragile et nous ne savons pas ce qui se passera demain. L'imprévisibilité de la situation ne la rend toutefois pas moins intrigante. Je pense que plusieurs pays d'Europe et du monde peuvent apprendre beaucoup de cette expérience. Mais encore une fois, ce n’est pas une formule universelle. Pour la France, par exemple, je ne vois pas comment cela pourrait fonctionner, mais pour d'autres pays, je pense que cela pourrait être intriguant et inspirant.

(…)

MT et KG : Depuis la création de Rojava, l'universalité de son expérience a été débattue. En outre, même si les Kurdes ont facilement défendu les régions non kurdes du nord de la Syrie, les partis de gauche et les conservateurs les ont accusés de poursuivre une politique identitaire. Parlons de la relation historique entre le “particulier” et l“universel” dans le Rojava. Comment est-il possible d'être à la fois particulier et universel ?

Michael Löwy : Il existe un vieux concept pour l'aborder et je n'en trouve pas d'autre: c'est la dialectique. Cela signifie que vous avez besoin d'une relation dialectique entre l'universel et le particulier. Cela signifie que vous avez besoin d'un concept d'universel capable d'intégrer toutes les demandes particulières légitimes, et toutes les demandes particulières sont légitimes si elles ont un rapport avec l'universel, si elles sont fondées sur une base universelle, n'est-ce pas ? Ainsi, dans le Rojava, prenons l'exemple du Rojava, si vous voulez une proposition universelle, par exemple un confédéralisme démocratique, vous ne pouvez pas nier les revendications particulières des femmes, des Kurdes, des Arabes, des Chrétiens, des Yézidis… De toutes les communautés qui ont été opprimées et réclament maintenant leurs droits, tels que leur langue et leur religion, les droits démocratiques d'élire un leader, etc. Ce sont des revendications légitimes qui reposent sur des valeurs universelles de liberté, de démocratie, d'égalité des droits, etc. Ainsi, le projet universel du confédéralisme démocratique, par exemple, doit prendre en compte ces identités et ces revendications légitimes. Mais lorsqu'une revendication particulière veut s'imposer aux autres, en dominant les autres ou en excluant les autres, alors elle ne peut être acceptée, elle s'oppose donc aux valeurs universelles. Donc, je pense, c'est la dialectique en théorie. Bien entendu, dans la pratique, il est beaucoup plus difficile de créer une telle situation. Mais je pense que c'est le chemin. Ainsi, quand les gens disent que les femmes séparent le mouvement ouvrier - c’est la critique traditionnelle de la gauche contre le féminisme : «Vous séparez les hommes des femmes…» - si vous voulez avoir l’unité entre les hommes, le mouvement ouvrier, le mouvement socialiste doit prendre en compte les droits des femmes, l’égalité des femmes, les revendications des féministes. C'est la condition de l'unité. Et la même idée s'applique à Rojava. Et je pense qu'ils ont compris que si vous voulez que les femmes participent, vous devez leur donner des droits égaux, une autonomie, etc. C'est donc la manière de construire une expérience universelle, que Hegel appellerait un « universel concret ». L’universel concret est capable d’embrasser tous les détails, toutes les exigences particulières légitimées. Je pense que c'est l'idée. Mais encore une fois, c'est plus facile à dire qu'à faire.

MT et KG : Vous avez exprimé votre point de vue sur la politique et la philosophie en général et vous avez étudié et écrit sur la résistance politique en Amérique latine. À votre avis, qu'est-ce que le Rojava et l'Amérique latine peuvent apprendre l'un de l'autre ?

Michael Löwy : Nous avons une expérience en Amérique latine qui a beaucoup en commun avec le Rojava : le réseau zapatiste de communautés autonomes du Chiapas au Mexique. Il s'agit également d'une organisation politique non étatique, à forte orientation anticapitaliste, fondée sur des formes d'auto-organisation directe et d'autogestion. Les communautés autochtones maya du Chiapas partagent une histoire commune, des siècles de lutte commune pour leurs droits contre le colonialisme espagnol d’abord, et l’État bourgeois mexicain ensuite. Toutefois, à l'instar du mouvement kurde au Rojava, ils ne se battent pas pour un État autochtone séparé, mais pour une transformation de la société mexicaine. Leur inspiration vient de la lutte d’Emiliano Zapata, le dirigeant le plus radical de la révolution mexicaine, qui s’est battu pour « la terre et la liberté » pour les paysans (principalement autochtones) et a été assassiné par l’État en 1919.

Bien sûr, il existe de nombreuses différences entre les deux expériences : par exemple, l'EZLN (Armée de libération nationale zapatiste) a gardé ses armes, mais après le soulèvement de 1994, a renoncé à la stratégie de lutte armée. Mais il reste encore beaucoup de points communs entre ces deux tentatives très novatrices et radicales de construire une alternative à la domination étatique et capitaliste.


Propos recueillis par Mansur Tayfuri et Kaveh Goreshi. Paris, juin 2019.
Avec Xazalnus et la Revue Nawext.