Le Rojava n'est pas seul

Déclaration de solidarité internationale

Un groupe d'universitaires, d'étudiant·e·s, de militant·e·s et d'organisateur·trice·s internation·aux·ales expriment leur solidarité avec la lutte des Kurdes et des peuples du nord de la Syrie

Face au retrait des troupes états-uniennes en Syrie, décidé par les présidents Donald Trump (USA) et Recep Tayyip Erdoğan (Turquie), et à l'invasion militaire contre le Rojava et les peuples libres de ce territoire que permet ce retrait, nous considérons urgent et nécessaire d’exprimer ce qui suit :

1. La Commune du Rojava est au Moyen-Orient le premier projet politique, anti-capitaliste basé sur le confédéralisme démocratique, qui promeut une approche alternative de l’organisation sociale à partir de l’autonomie non étatiste, l’autodétermination, la démocratie directe et la lutte contre le patriarcat. L’autonomie du Rojava est l’utopie d’un monde possible, où l’interculturalité, la relation entre genres différente et juste, et le respect de la Terre mère se construisent de jour en jour. Le Rojava est la preuve que nous ne devons pas nous résigner face aux atrocités de notre époque.

2. Le premier résultat de ces luttes pour l’autonomie au Rojava a été de repousser l’État Islamique et son fondamentalisme. Aujourd’hui, ce retrait fragilise les efforts des milices kurdes, mettant en péril les succès des YPG (Unités de Protection du Peuple) et YPJ (Unités de Protection de la Femme) contre l’État Islamique en Syrie. De fait, les forces kurdes devront se repositionner pour défendre la frontière nord du Rojava de l’invasion turque.

3. La guerre contre l’autonomie du Rojava, qui s’est construit sur les cendres de l’État Syrien, s’orchestre systématiquement depuis des années: les attaques et invasions sont devenues la norme. Avec le retrait des forces militaires états-uniennes de la frontière turco-syrienne, la menace prend de l’ampleur en dangerosité, et l’hostilité de la Turquie envers ceux qui luttent pour un monde démocratique risque de prendre la direction d’un génocide.

Pour ces raisons, nous, signataires de cette déclaration — universitaires, étudiants, activistes, organisations politiques et sociales, peuples militants et en résistance — exprimons notre solidarité avec la lutte des kurdes et des habitants du nord de la Syrie, et crions notre rage contre cette nouvelle attaque capitaliste et patriarcale de l’État turc, qui se déroule sous le lourd et complice silence de l’Union Européenne et des organismes internationaux, attestant du fait que les Droits de l’Homme ne sont défendus que lorsqu’ils obéissent à la loi du marché.

Défendre le Rojava c’est défendre ceux qui résistent chaque jour, au Moyen-Orient comme partout ailleurs, aux barbaries incessantes. Cette déclaration est un cri de colère, d’indignation et de solidarité avec nos sœurs et frères kurdes, qui luttent et meurent au nom de la liberté et de la démocratie.

Que vive la vie ! Que meure la mort !

Le Rojava n’est pas seul !

 

Liste des signataires sur Médiapart (14/10/2019)