« Le pays tout entier est en feu »

La mort tragique de Mahsa (Jina) Amini en garde à vue a déclenché des manifestations en Iran et dans le monde entier contre la suppression des droits des femmes et la violence de l'État.
Shahrzad Mojab, professeure à l'Institut d'études pédagogiques et à l'Institut d'études sur les femmes et le genre de l'Université de Toronto estime que le soulèvement est unique en raison de la façon dont il a rassemblé les Iraniens. Mojab a participé au mouvement des femmes, au mouvement autonome kurde et aux manifestations étudiantes en Iran il y a plus de 40 ans, et a été contrainte de quitter l'Iran en 1983 en raison de son activisme politique.
« L'unité du peuple est remarquable en termes de dire : "Restons dans la rue et soyons unis dans notre lutte" », a-t'elle déclaré.
Cet entretien a été réalisé par Mariam Matti pour U of T News à l'Université de Toronto au début du mois d'octobre lors de manifestations et d'événements organisés en solidarité avec le soulèvement en Iran.

 

Mariam Matti – Qui était Mahsa Amini ?

Shahrzad Mojab – Mahsa (Jina) Amini était une femme kurde de 22 ans qui se rendait à Téhéran pour des vacances en famille. Elle a été détenue par la police des mœurs parce que prétendent-ils elle portait son voile de manière incorrecte. Elle a été confrontée, arrêtée puis emmenée dans un centre de détention pour être « rééduquée » en termes de moralité, de codes islamiques et de tenue vestimentaire correcte. Elle a été battue pendant sa détention et a été transférée à l'hôpital où elle est décédée quelques jours plus tard.
La loi sur le port du voile obligatoire a été appliquée par le régime islamique dès son arrivée au pouvoir. Cela a été la pierre angulaire de l'identité islamique de ce gouvernement. La loi sur le port du voile obligatoire fait partie de la Constitution islamique, qui est basée sur la charia.
Elle a été brutalement appliquée pendant plus de quatre décennies avec de nombreuses implications. C'est une suppression massive de la liberté d'expression, des libertés académiques, la censure de l'édition et des différentes formes de production artistique. C'est la suppression des droits des femmes, le contrôle de la sexualité des femmes et de leurs droits reproductifs – tout cela est inscrit dans la constitution de l'Iran.

MM – Pourquoi la mort d'Amini a-t-elle alimenté une réponse aussi forte parmi la jeunesse iranienne, en particulier les femmes ?

SM – Les gens se sont mis très en colère pour plusieurs raisons.
La première est que la famille de Mahsa a fait savoir publiquement que cela était arrivé à leur fille. Ils n'ont pas gardé le secret. Cet acte audacieux au nom de la famille a vraiment mis en lumière le mécanisme plus large de la violence de cet État. Comment les femmes sont-elles traitées ? Que se passe-t-il au moment de l'arrestation ? Et où sont-elles emmenées ? Il y a eu beaucoup de médias et d'images qui ont exposé les rouages ​​de cette violence.
Deuxièmement, Mahsa est une femme kurde – membre d'une minorité nationale qui a été réprimée culturellement, économiquement et politiquement. Ces facteurs, combinés à l'oppression sexuelle, ont été une force qui a déclenché ce soulèvement massif.
La troisième raison est que, ces dernières années, le gouvernement a intensifié sa répression des idées de liberté en arrêtant des femmes, des militants des droits humains, des militants écologistes, des membres de syndicats, des enseignants, des écrivains et des artistes. Il y a quelques mois à peine, la mort d'un poète, écrivain et cinéaste très apprécié - Baktash Abtin - a affecté de nombreuses personnes.
La dernière raison, qui est extrêmement importante, est la situation économique du pays. La forte inflation, le manque d'emplois, la montée de la pauvreté et la division des classes ont également contribué à la frustration et aux griefs de la population. Tout cela a énormément affecté la colère des gens en termes de la mort de Mahsa étant considérée comme la goutte d'eau qui a fait déborder le vase.

MM – Pourquoi les manifestations se sont-elles propagées dans le monde entier et que signifie cette démonstration de solidarité ?

SM – Au cours des quatre dernières décennies, nous avons eu la suppression des droits des femmes avec la loi sur le port du voile obligatoire, suivie d'une agression militaire contre les Kurdes, suivie du massacre des prisonniers politiques, de la répression des mouvements étudiants - tout cela a été implacable. La communauté internationale a gardé le silence. À présent, ce silence est rompu. Il est rompu parce que la force motrice de ce mouvement sont les jeunes et les femmes. Il y a une unité tellement incroyable à travers le pays qu'il est difficile de ne pas en être ému.
Les gens du monde entier ont vu le lien entre le genou du policier blanc sur George Floyd et la brutalité de la police islamique en Iran. Ils ont pu voir que c'est la violence de l'État, ce sont les forces structurelles qui étranglent les gens.
Partout les gens dans la rue réagissent à l'oppression nationale et à l'oppression des femmes. Ils peuvent voir la relation entre l'interdiction de l'avortement aux États-Unis et la montée du fascisme de droite en Europe. Ils se voient dedans, ils voient que cela vient à eux – c'est ce niveau de violence politique, culturelle et économique.
Je trouve incroyable de voir cette belle solidarité en Amérique latine, dans tout le Moyen-Orient, en Europe et en Amérique du Nord.

MM – L'Iran a-t-il déjà connu une telle vague de manifestations ?

SM – L'Iran a observé de très nombreux soulèvements en différents endroits et en différentes époques.
Cependant, celui-ci est unique en termes d'unité qu'il a créé à travers le pays. Il est unique en ce sens qu'il implique des étudiants, des travailleurs, des enseignants, des infirmières – toutes les professions sont concernées. Les gens des zones rurales, des zones urbaines, des petites villes s'impliquent. C'est incroyable. Le pays tout entier est en feu. Les manifestations sont créatives, unies et pacifiques. L'État islamique tente d'imposer sa violence aux manifestants en quête de liberté.

MM – Quels sont les enjeux ici ? Que se passe-t-il ensuite pour le régime, pour les manifestants ?

SM – C'est une situation très difficile. Les gens se lèvent de manière pacifique et démocratique pour exprimer leurs droits. Face à eux se trouve un régime militarisé, sécularisé et brutal qui s'est engagé à réprimer les gens. Le gouvernement utilise sa vieille rhétorique de l'ingérence de l'Occident.
C'est toute la rhétorique que les gens sont malades et fatigués d'entendre. Ils savent que ce sont des mensonges. Donc, ce que nous voyons, c'est qu'il s'agit d'un face-à-face. C'est un face-à-face extrêmement dangereux. Je ne sais pas ce qui va se passer.
Depuis le 5 octobre, je sais que les étudiants universitaires sont en grève. Ils occupent les campus et il y a différents appels à la grève générale. L'unité du peuple est remarquable en termes de dire : « Luttons contre cela. Restons dans la rue et soyons unis dans notre lutte ». Ils disent : « Ce n'est pas une manifestation, c'est une révolution ».

Shahrzad Mojab, The entire country is on fire. Propos recueillis par Mariam Matti, U of T News, 7/10/2022.