Le 29 septembre au Palais de justice à Paris

Chapeau en guise de ‘sommaire’ :
29 SEPTEMBRE, AU PALAIS DE JUSTICE à PARIS!
(et en lutte où que vous soyez)
> L’objectif de l’opération « Ombres rouges* », c’est celui d’envoyer une poignée d’êtres vivants de « race humaine » dans des cellules/tombes d’exécution de condamnation à mort lente : la cruauté comme fin !
> QUI veut juger/er/livrer ?
Des ‘’personnes’’, (masques et visages), des ’gens d’en haut’, qui décrètent l’horreur en continu et qui, comme MOLOCH, le démon chrétien qui jouissait des pleurs des mères à qui il volait leurs enfants, semblent tirer plaisir de l’horrible spectacle géostratégique/politique et de la boucherie sociale en cours qu’ils animent.
> Mais en vérité, en réalité, le Moloch de la modernité est monstre froid, impersonnel. C’est celui dont Allen Ginsberg affronte la vue dans son poème Howl : “Moloch ! Solitude ! Saleté ! Laideur ! …
Moloch ! Moloch ! Cauchemar de Moloch !
Moloch sans amour ! Moloch Mental !
Moloch le juge abondant d’hommes …
> Le simple réflexe d’autodéfense serait de  »Leur » intimer l’ordre de « renoncer ou périr » … mais, s’adressant à des spectres, cela reste un rêve…
> Pour qui garde quelques lucioles d’espoir, un argument :
dans le  »Théâtre de Justice », «le Public» est ‘une partie’ dans le rituel. Or, si jamais, à l’audience du 29, la Chambre devait communiquer qu’elle a jugé recevables des demandes d’extradition qui, pourtant, au regard du « Droit » formel, sont hallucinantes, ce « Public » – matérialisé dans la salle d’audience ou resté virtuel à l’extérieur – pourrait-il se laisser pisser, chier dans la bouche, donner le spectacle et ainsi offrir le précédent d’un chiffon inerte, amorphe, « vous pouvez faire de nous [donc de quiconque] ce que vous voulez ? ».
> Non, de nombreuses personnes d’entre les ‘gens d’en bas’ ne se laissent pas réduire ainsi. Du haut des ‘Palais’,  »Ils » doivent déjà entendre des voix, imaginer des gestes : geste peut-être de simplement jeûner, de brûler ses papiers d’identité, certificats d’appartenance à leur ‘communauté citoyenne’, d’ avancer contre les lance-flashball implacablement, absurdement, s’il n’y a plus que ça pour imposer du sens. Et si des présences diverses et variées pouvaient s’y unir… LE 29 SEPTEMBRE : SOYEZ-Y.
.____________________________________________________ ________________
Texte à peine plus argumenté :
29 SEPTEMBRE, AU PALAIS DE JUSTICE à PARIS!
(et en lutte où que vous soyez)
Il n’est pas physiquement tolérable d’assister aux ravages de l’opération « Ombres Rouges »*, qui a déjà fait litière des vies et promet de faire pire : des vies des personnes, en ce cas même de proches.
(( * Simple exercice de cruauté – cruauté pour elle-même, cruauté comme fin – envoyer des décennies après les événements, une poignée d’êtres humains, des femmes et des hommes, dans des prisons spéciales, très spéciales, de  »sécurité maximale ».
Ces geôles sont des cubes de béton enfermés à leur tour dans des murailles et des grilles concentriques, véritables tombeaux pour l’exécution de peines de mort lentes et sans fin.
Les enterrer vivants, au nom de la prétention qu’ils, elles, comme cela a été dit, ‘briseraient soixante-dix ans de paix en Europe |?!??|. Rouvrons donc également la procédure contre Georg Büchner, qui, avec son « Friede den Hütten ! Krieg den Palästen ! » [Paix entre les taudis, Guerre aux Palais!], a été le premier à troubler cette paix ! )).
Qui, cette fois, s’apprête à « juger/et/livrer », est un MOLOCH impersonnel, incarné par des gens (Masques&Visages) qui se chargent d’orchestrer le sanglant spectacle géostratégique/politique, l’atroce spectacle social en cours, tourbillon vertigineux de simulacres, se réalisant pourtant, à la fin, comme cruauté concrète : vraie dystopie en cours, dystopie réalisée, dystopie réelle.
> L’autodéfense adéquate, ne serait-ce que de notre simple animalité si bien que de  »parl’etres », serait de pouvoir lui lancer un : « lâchez prise, ou périssez ! ». Mais cette injonction ’entre ennemis’ est désormais un rêve, il s’adresserait à ‘personne’, à des demi-cyborgs agonisants, à ‘’de tristes figures’’, à des personnages de veules anticipant une sorte de ‘transhumanisme réalisé’.
> C’est comme cela dans tous les champs de pensée et d’action, s’interpénétrant sur les plans les plus variés ; et moi qui ai commencé à tenter d’écrire ces lignes, je me sens, en fait, ‘au-delà’, au-delà de mes mots, au-delà de moi-même. Les premières paroles qui me viennent par association automatique au réveil, par ordre alphabétique seraient Agonie, Ambiguïté, Angoisse, Anomie, Absurde… et maintenant, Afghanistan ! … Alors qu’on aimerait dire Amour, Autonomie, Acratie, et puis un peu plus loin Compassion, Communisme… !
> Cependant, à ceux qui malgré « tout » recèlent précieusement une étincelle, une luciole d’espoir (de quoi miser sur une persistance de l’espèce, « race humaine »*), nous soumettons le raisonnement qui suit ci-après.
> Dans la « nov.langue »* des « Pouvoirs Constitués », de nom et/ou de fait, au « théâtre de la Justice », « le Public » est déclaré ‘Sujet’, devenant « Partie » au sein de la procédure rituelle. Or ce ‘rôle’, ce qu’il en reste, ne saurait être abrogé, aboli, devenir une présence inerte qui se laisse pisser dans la bouche, déféquant sur elle-même, donnant ainsi le spectacle d’un « faites de nous ce que vous voudrez » : ce qui constitue d’ailleurs un atroce « précédent » ouvrant la voie au « de pire en pire ».
>> Pour parler d’un – apparemment – tout autre plan, un exemple. Certes, l’on ne pourra pas bavarder d’une façon parfaitement vaine au sujet des ‘Palais’, sans même pas se rendre compte d’être en train de s’échanger, de se retordre un spéculaire identique des  »Sus à l’Infecteur ! » parmi les gens des « taudis » d’en bas! <<
> Rien ne changera dans les « faits et les choses », soit ! mais on ne peut s’autoriser à ‘’en prendre acte’’ , à renoncer à s’en prendre activement, au Palais, à faire en sorte que les « supérieurs » sentent que les gens du « bas » arrivent – et que ce ne sont pas des jours calmes qui se préparent. Ces Messieurs-Dames doivent déjà entendre les voix rauques, les gestes, les clameurs, les chuchotements et les cris, peut-être même juste un geste rapide, sur la place, mettre le feu à ses papiers d’identité citoyenne, se coupant, avançant implacables vers les lance-flashballs, ou autre… Il faut qu’ils le sachent maintenant : le 29 septembre nous serons là, un tas de mains, de voix, de visages, de regards, « d’âmes »… Peut-on compter sur la présence d’un certain nombre de douloureusement « happy few » au possible déclenchement, de la lutte, de la révolte ?
.______________________________________________________________________
(* (Cet appel est à considérer comme seulement un frétillement, un sursaut, comme si extrait d’un texte qui affronterait le défi paradoxal d’expliquer quelque chose qui – du moins pour ‘nous’ – touche à l’indicible… et qui reste à écrire).
.==========================================
Extrait de “Howl”…
[…]
II
Quel sphinx de ciment et de l’aluminium, a défoncé leurs crânes et dévoré leurs cervelles et leur imagination ?
Moloch! Solitude! Saleté! Laideur! Poubelles et dollars impossibles à obtenir! Enfants hurlant sous les escaliers! Garçons sanglotant sous les drapeaux! Vieillards pleurant dans les parcs!
Moloch! Moloch! Cauchemar de Moloch! Moloch sans amour! Moloch Mental! Moloch le juge abondant d’hommes!
Moloch en prison incompréhensible! Moloch l’os en croix de la geôle sans âme et du Congrès des afflictions de chagrin! Moloch dont les immeubles sont des jugements! Moloch la roche immense de la guerre! Moloch les gouvernements abasourdis!
Moloch dont la pensée est de la mécanique pure! Moloch dont le sang est de l’argent qui coule! Moloch dont les doigts font dix armées! Moloch dont la poitrine déborde d’une énergie cannibale! Moloch dont l’oreille est une tombe fumante!
Moloch dont les yeux sont mille fenêtres aveugles! Moloch dont les gratte-ciel se dressent dans les longues rues comme des Jéhovah infinis! Moloch dont les usines rêvent et croassent dans la brume!
Moloch dont les cheminées et les antennes couronnent les villes!
Moloch dont l’amour est pétrole et pierre sans fin! Moloch dont l’âme est électricité et banques! Moloch dont la pauvreté est le spectre du génie! Moloch dont le sort est un nuage d’hydrogène asexué! Moloch dont le nom est la Pensée!
Moloch en qui je m’assois et je me sens seul! Moloch où je rêve d’Anges! Fou dans Moloch! Suceur de bite en Moloch! Sans amour et sans homme dans Moloch!
Moloch qui me pénétra tôt! Moloch en qui je suis une conscience sans corps! Moloch qui me fit fuir de peur hors de mon extase naturelle! Moloch que j’abandonne! Réveil dans Moloch! Lumière coulant du ciel!
Moloch! Moloch! Appartements robots! banlieues invisibles! trésors squelettiques! capitales aveugles! industries démoniaques! nations spectres! asiles invincibles! queues de granit! bombes monstres!
Ils se sont pliés en quatre pour soulever Moloch au Ciel! Pavés, arbres, radios, tonnes! soulevant la ville au Ciel qui existe et qui nous entoure partout! miracles! extases! disparus dans le cours d’eau du fleuve américain!
Rêves! adorations! illuminations! Religions! tout le tremblement de conneries sensibles!
Percées! par-dessus le fleuve! démences et crucifixions! disparus dans la crue !
Envolées! Épiphanies! Détresses! Décades des cris animaux et de suicides! Mentalités! Amours neuves! Génération folle! en bas sur les rochers du Temps!
Vrai rire sacré dans le fleuve! ils ont vu tout cela! les yeux fous! les hurlements sacrés! Ils ont dit adieu! Ils ont sauté du toit! vers la solitude! gesticulant! portant des fleurs! En bas vers le fleuve! dans la rue