En solidarité avec le mouvement « Femme, Vie, Liberté »

Nous, traducteurs, avons l’habitude de traduire les textes une fois leur rédaction terminée. Le texte qui, de nos jours, est en train de s’écrire en Iran a des milliers d’auteurs et c’est en s’écrivant, qu’il trouve sa traduction. Cette traduction demande avant tout la connaissance de la grammaire de ce mouvement. Chaque citoyen est à présent le traducteur non seulement de sa propre voix, mais aussi de celle des autres.

Nous, traducteurs, au même titre que tous les citoyens d’Iran et du monde, avons des milliers de fois scandé le nom de code Gina (Mahsa) Amini et de tous les autres femmes, hommes et enfants emprisonnés ou gisant dans leur sang. Devenu mondial, le slogan « Femme, Vie, Liberté », bâtisseur de l’avenir de notre pays, a été, à maintes reprises, entendu, crié, répété dans toutes les langues que nous connaissons.

Nous, traducteurs, nous tenons aux côtés des millions de citoyens afin de nous opposer à toute forme d’hégémonie cherchant à nous enchainer et surtout à enchainer les femmes de quelque manière que ce soit ; à toutes les ségrégations et interdictions réduisant la vie des citoyens de ce pays à la survie comme dans un camp de travail forcé. Nous nous opposons à cette corruption généralisée et galopante qui plonge la majorité de la population dans une pauvreté et une consternation sans précédents. Nous nous opposons à tous les lois et règlements qui enserrent la vie privée et publique des citoyens dans un climat de peur et d’effroi permanents. Nous nous opposons aux mensonges répugnants, perpétrés sans cesse contre tout un chacun. Que peut-on faire d’autre, se demanderait-on, face à ce système dictatorial, face à la pauvreté, à la corruption, à la ségrégation, face au délabrement environnemental ? Que peut-on faire d’autre que de se tenir aux côtés des jeunes en quête de liberté ? Des jeunes qui brandissant leur courage à bout de bras, se révoltent de manière civile afin de réclamer leurs droits fondamentaux et qui hélas, tombent sous les balles. Non, rien ni personne ne nous empêchera de nous tenir à leurs côtés.

Nous, traducteurs, avons depuis des décennies, œuvré afin de faire parvenir expériences et œuvres littéraires et intellectuelles du monde aux mains des citoyens iraniens. Ce faisant, nous étions confrontés à tous les obstacles qui entravent aujourd’hui la voix de ce mouvement. Ces mêmes obstacles qui cherchaient à rompre le lien des citoyens iraniens entre eux et avec le reste du monde se sont longtemps érigés entre les citoyens et les œuvres. Or, au même titre qu’ils n’ont réussi à empêcher celles-ci à atterrir dans les mains de ceux-là, ils ne réussiront à étouffer le cri de liberté des jeunes auteurs de ce mouvement. Jamais nulle part le cri de Vie, de Liberté et surtout de Femme n’est resté privé d’écho.

Nous, traducteurs, nous, citoyens iraniens, prenant dorénavant acte des leçons de cet extraordinaire mouvement de libération, ne ferons pas un seul pas en arrière. Nous multiplierons tous nos efforts jusqu’à la liberté, nous ouvrirons de nouvelles brèches dans le barrage de la censure jusqu’à sa destruction totale. Dès à présent, nous nous engageons à faire paraître tous les livres dont la publication a été empêchée. Sachant que tous nos efforts réunis ne constituent même pas la moitié d’un seul rayon du soleil radieux qu’est le mouvement de la jeunesse de ce pays.

Nous nous joignons à des milliers de citoyens iraniens afin d’exiger la libération immédiate et sans condition de tous les prisonniers politiques, - jeunes manifestants, étudiants, écrivains, ouvriers, réalisateurs, avocats, sportifs, médecins, instituteurs, lycéens et autres, convaincus que la liberté de pensée, d’expression, de rassemblement, comme celle du choix d’un gouvernement démocratique pour l’Iran, sera obtenue à un prix certes élevé, mais sera obtenue.

 

– Télécharger la déclaration en dix langues
(persan, kurde, anglais, français, espagnol,
allemand, italien, suédois, arménien, russe) –

Signataires : Dariush Ashoori, Abdollah Kowsari, Soroush Habibi, Sorour Kasmai, Mohammad Qaed, Babak Ahmadi, Khashayar Dayhimi, Abbas Milani, Mohammadreza Jafari, Lila Sazgar, Nazi Azima, Bahman Sholevar, Kazem Kardavani, Akram Pedramnia, Masoud Olia, Morad Farhadpour, Pirouz Sayar, A. Pashai, Aliasghar Haddad, Fateme Valiyani, Reza Farokhfal, Farzane Taheri, Abbas Mokhber, Mehdi Ghabrai, Abdolhossein Vahabzade, Zahra Khanlou, Mohammadreza Parsayar, Mahmoud Haddadi, Firouze Mohajer, Razi Hirmandi, Hasan Mortazavi, Dina Bayandor, Mohammad Nabavi, Ahmad Pouri, Ali Tahmasb, Fereshte Molavi, Mohammadreza Pourjafari, Mansoure Vahdati, Hossein Bajelan-farokhi, Manizhe Najm-Araghi, Mohsen Yalfani, Fereydoun Majlesi, Azar Alipour, Manouchehr Bigdeli-Khamse, Parviz Babai, Saleh Najafi, Parviz Sedaqat, Hasan Hashemi-Minabad, Lili Golestan, Mostafa Mofidi, Avide Nahavandi, Nasrollah Kasraian, Kave Feizollahi, Abdolreza Salarbehzadi, Ali Kahrobai, Farzan Sojoudi, Tahmine Zardasht, Meisam Mohammad-Amini, Hesam Noghrechi, Afshin Khakbaz, Hesam Salamat, Violet Razzaghpanah, Behrouz Safdari, Azad Andalibi, Ali Shahi, Milad Roshani-Payan, Vida Farhoudi, Nahid Salami, Amir Maziyar, Fateme Sadeghi, Reza Motamedi, Alireza Manafzade, Naser Ghiasi, Forouzan Zohadi, Shabnam Saadat, Mani Salehi-Allame, Heliya Darabi, Shervin Pashai, Kazem Firouzmand, Maryam Meftahi, Asghar Nouri, Leila Afshar, Alireza Seifadini, Maryam Pouresmail, Soroush Seyedi, Saeed Moghadam, Narges Sanai, Yaser Pouresmail, Fariba Arjmand, Alireza Abiz, Vazrik Dersahakiyan, Khatere Kurd-Karimi, Hossein Mansouri, Malihe Baharlou, Hosein Mackizade, Leila Sadeghi, Siamand Zandi, Sara Khalili-Jahromi, Massoud Salari, Mansour Sedghi, Davood Marzara, Marivan Halabchei, Mona Hoseini, Bahram Masoumi, Soufia Mahmoudi, Iman Ganji, Mazdak Daneshvar, Azade Kamyar, Ali Razzaghi, Javad Ganji, Shabnam Bozorgi, Abbas Salimi-Angil, Shima Elahi, Erfan Mojib, Parvane Sattari, Morteza Saqafiyan, Faride Hamidi, Mehdi Khosravani, Farmehr Amirdoost, Ali Shapouran, Sahar Yousefi, Pejman Vasei, Mahrokh Ghafarimehr, Mohammadraouf Moradi, Reza Najafi, Hengame Hoveida, Ali Abdolahi, Sana Nasari, Farshin Kazeminiya, Amirhoushang Eftekhari-Rad, Sona Anzabinezhad, Bizhan Safdari, Bahar Afsari, Mohammadreza Khaki, Mahsa Malek-Marzban, Hamid Ahmadi, Ali Hasanzade, Sareh Peyman, Kianoush Akhbari, Maryam Tarzi, Abbas Vahdani, Rahman Bouzari, Mina Hodjat, Mohammadreza Memarsadeghi, Fereshte Vazirinasab, Abdolmajid Ahmadi, Marjan Mohammadi, Mehdi Nasrollahzade, Taher Jambarsang, Hamid Kashaniyan, Soudabe Qeisari, Foad Naziri, Leila Ziamajidi, Nima Jamali, Saeedreza Etehadi, Narges Hassanli, Roshank Zarrabi, Adel Biabangard-Javan, Parisa Rashidi, Alireza Hasani, Farzane Raji, Gholamreza Sarraf, Vafa Dabiri-Abkenar, Amirhossein Nikzad, Amir Zamani, Fateme Torabi-Asgari, Mohammad-Mehdi Hatef, Mozhgan Dowlatabadi, Mehdi Malek, Maryam Khodadadi, Alireza Bashardoust, Farhad Akbarzade, Zahra Aali, Abdolwahab Ahmadi, Behrouz Arefi, Narges Qandilzade, Hamed Erfan, Ahoo Alvand, Mehdi Yousefi, Minoush Sadoughianzade, Hossein Noushazar, Layaa Aalinia, Soheil Rezanezhad, Samane Tanha, Mehrdad Parsa, Maryam Boroumandi, Shervin Taheri, Hasan Salehi, Arezou Mokhtariyan, Navid Gorgin, Sami Al-Mehdi, Maryam Kohansal-Nodehi, Heidar Khosravi, Azime Sattari, Mehdi Rafi, Sepide Kouti, Amin Alimohammadi, Marjan Rikhtegar, Ramin Parvin-Gonabadi, Mahmoud Habibi, Neda Laherdi, Ramin Alai, Ari Sarazesh, Abbas Zandbaf, Arash Khoobani, Omid Sohrabinik, Shahin Shirzadi, Marjan Mohammadi, Mehdi Yousefi, Pari Ranjbar, Amirhossein Yazdanbod, Farzin Farzam, Mahshid Bjurman-Sharifian, Kave Fouladinasab, Parvane Fakhamzade, Mohammad Amir, Parisa Hakimjavadi, Peyvand Jalali, Golnar Narimani, Borhan Valadbeigi, Behrouz Shadlou, Susan Ardebili, Sina Khami, Reza Espili, Afsane Nejati, Zahra Moinadini, Yousef Saffari, Maryam Rezai, Amirhossein Hajghanbari, Samira Mousa, Gholamali Keshani, Mousa Asgari, Farnaz Shojai, Samgis Zandi, Arash Mehrkash, Mohadese Vazehi, Nima Orazani, Talie Hosseini, Mohamadreza Mahdavifar, Zahra Qolipour, Amin Javanmard, Zahra Yousefi, Mehrdad Mehrjou, Mahboube Afshari, Nariman Afshari, Abdolali Barati, Nahid Rezazade.

بیانیهٔ گروهی از مترجمان ایران [گاما], در همراهی با جنبش زن، زندگی، آزادی (Déclaration du Collectif des traducteur·trice·s iranien·ne·s [Gamma], En solidarité avec le mouvement Femme, Vie, Liberté), novembre 2022.