Drames et impasses de l’idée nationale

Sonia Dayan-Herzbrun
Drames et impasses de l’idée nationale
Sonia Dayan-HerzbrunDrames et impasses de l’idée nationale

 

L’intervention pose en introduction de la journée Peuples sans État quelques questions en particulier de la relation entre les notions de peuple et de nation, et propose quelques références quant à la définition du terme de peuple et sa complexité, à propos de quoi on peut renvoyer à Balibar dans Noms du peuple, Tumultes n°40 (Kimê, 2013), puis de nation, qui fut toujours précédé du nationalisme, et imposée dans la violence sous la forme de l’État-nation moderne, dans les travaux de Gellner (1983), Hobsbawm (1991), Anderson (1983), Anne-Marie Thiesse (1999), et des résistances persistantes de ceux que l’on appelle les Peuples sans État.
Comment aborder la question des Peuples sans État aujourd’hui à l’heure de la perte de souveraineté des États-nations et des fixations identitaires qui s’y joignent ? Quelles nouvelles formes de luttes pour le droit aux droits ? Et quelles conséquences du fait des diasporas et des appartenances multiples qui en découlent ?

 

Peuples sans État, 4/03/2021.