Cartographies de Palestine

 

 

De-Colonizer est un centre de recherche alternatif et novateur sur Israël/Palestine qui a pour but objectif de produire de nouvelles connaissances et de nouveaux outils de haut niveau, et de mettre cette rigueur scientifique à disposition du plus grand nombre en la faisant réintégrer l'espace public par des moyens aussi créatifs qu'attractifs.
Nous pensons que la tension et les cycles de violences dans lesquels nous vivons aujourd'hui prennent leur source, en 1948, dans ce qu'on appelle la Nakba (ce terme arabe qui signifie "catastrophe" ou "cataclysme" désigne l'expulsion de 750 000 PalestinienNEs et la destruction de la très grande majorité de la vie palestinienne) et que nous considérons comme le résultat inévitable des efforts menés afin de créer un État Juif au Proche-Orient.
Afin de dépasser cette situation de guerre permanente, nous pensons qu'il est temps de renoncer au sionisme et nous estimons qu'Israël doit reconnaître sa responsabilité historique dans l'expulsion des PalestinienNEs, et réparer cette injustice en accordant à touTEs les réfugiéEs leur inaliénable droit au retour.

 

Colonialisme en destru(A)ction
Localités palestiniennes, juives et syriennes détruites depuis le début du sionisme jusqu'à 2017

Basée sur des recherches rigoureuses, De-Colonizer est fier de vous présenter sa nouvelle carte intitulée « Colonialisme en destru(a)ction ». Cette carte recense l'ensemble des localités palestiniennes, juives et syriennes détruites depuis les premières vagues de migration sioniste (fin du 19ème siècle).
Le découpage par strates historiques (destructions pré-1948, pendant la Nakba et post-1948), répercuté visuellement par l'utilisation de trois couleurs de police sur la légende et sur la carte elle-même, montre le continuum historique de la persistance du projet colonial jusqu’à nos jours et le futur qu'il nous dessine s’il n’y a pas de mobilisation internationale substantielle pour exiger l’arrêt de la colonisation israélienne.
Près de 750 000 PalestinienNEs et quelques 130 000 SyrienNEs ont déjà été déplacéEs, il était temps qu'une carte expose leurs pertes. Nous espérons qu'elle sera un outil pour empêcher que ce chiffre n'augmente encore.
En solidarité avec celles et ceux qui ont tout perdu.

Eitan Bronstein Aparicio est chercheur indépendant, éducateur, réalisateur et éditeur.
Maîtrise en herméneutique de l’Université Bar Ilan. Coordination durant dix ans des rencontres et des projets de l’école pour la paix à Neve Shalom – Wahat al-Salam, puis création de l’ONG Zochrot qu’il dirige jusqu’en 2011.
Auteur de nombreux articles, dont « La Nakba en hébreu : la conscience israélienne juive de la catastrophe palestinienne et des réfugiés internes », Masalha, Nur (ed.), et de l’ouvrage Mémoire de la catastrophe : Palestine, Israël et les Réfugiés internes, Zed Books, 2005.
En 2015, il a co-fondé De-Colonizer – Laboratoire d’art et de recherche pour le changement social avec Éléonore Merza.

Éléonore Bronstein Merza est anthropologue politique, chercheure associée au CNRS, photographe et écrivaine.
Licence et Master sur la mémoire collective dans les situations migratoires, minoritaires et marginalisées et/ou en exil.
Dans sa thèse de doctorat (EHESS), elle analysait les paramètres de la citoyenneté non juive en Israël et les relations de pouvoir entre minorités et État.
Ses recherches post-doctorales (Centre français de la recherche à Jérusalem) remettent en question et réexaminent les modalités d’une vie partagée dans la société israélienne, la création d’identités reconstruites et réinvesties, et la figure de l’« Autre » comme menace, ennemi, être perçu comme différent.
En 2015, elle a co-fondé De-Colonizer – Laboratoire d’art et de recherche pour le changement social avec Eitan Bronstein Aparicio.


Séminaire libre d'études politiques, Université Paris 8 Saint-Denis, 17/11/2017.