Généalogies coloniales en Palestine : un chapitre de Duress

 

 

Quelle est l'importance des histoires coloniales par rapport aux urgences et aux conditions de notre monde actuel ? Comment se fait-il que ces histoires aient été si souvent présentées comme des restes, comme des « héritages » d'un passé mort plutôt que comme des forces actives et violentes au sein du monde d'aujourd'hui ? Avec précision et clarté, Ann Laura Stoler soutient que la reconnaissance de la « présence coloniale » peut avoir autant à voir avec ce à quoi les liens entre les histoires coloniales et le présent ressemblent qu'à ce qu'ils devraient être. Dans Duress: Imperial Durabilities in Our Times (Duke University Press, 2016), Stoler examine quelles rénovations méthodologiques permettraient d'écrire des histoires qui ne cèdent ni à des continuités lisses ni à des ruptures d'époque brutales. Capturant les qualités inégales et récursives des visions et des pratiques auxquelles les formations impériales ont donné lieu, Stoler travaille à travers un ensemble de remises en question conceptuelles et concrètes qui localisent les effets et les pratiques politiques produits par les projets impériaux : les histoires occultées, les formes de souveraineté, les régimes affectifs sécuritaires, les « nouveaux racismes », la vulnérabilité corporelle, les restes actifs et les archipels carcéraux de la colonie et du camp qui découpent aujourd'hui la répartition des inégalités et des failles profondes de la coercition.

Ann Laura Stoler est professeure d’anthropologie et d’histoire à la New School for Social Research (New-York) où elle a créé et préside le département d’anthropologie. Elle est également fondatrice et directrice de l’ICSI, Institute for Critical Social Inquiry.
Ses recherches ont porté depuis une trentaine d’années sur les politiques de la connaissance, la gouvernance coloniale, les épistémologies raciales, les politiques sexuelles de l’empire et l’ethnographie des archives.
Elle a été professeure invitée à l’École des Hautes Études en Sciences Sociale, à l’École Normale Supérieure et à l’Université Paris 8 Saint-Denis, à l’Université de Birell à Ramallah, à l’Atelier de Théorie et Critique de l’Université Cornell, à l’École des Arts et Littératures d’Irvine, et à la Bard Prison Initiative.
Nombreux ouvrages, publications, prix et projets collectifs dont récemment la création du journal Political Concepts: A Critical Lexicon.
Ouvrages récents : Imperial Debris: On Ruins and Ruination, Duke University Press, 2013 ; Duress: Imperial Durabilities in Our Times, Duke University Press, 2016.


Séminaire libre d'études politiques, Université Paris 8 Saint-Denis, 04/05/2017.